Des cellules souches développés à partir d’embryons humains

A leur état le plus primitif, les cellules souches ont la capacité de devenir presque n’mporte quelle cellule de l’organisme – musclaire, sanguine, nerveuse, et ainsi de suite. L’utilisation de ces cellules est susceptible de révolutionner les traitements médicaux, de la régénération du tissu cardiaque endommagé après un IDM ,à créer des cellules productrices d’insuline d’un pancréas en dysfonctionnement.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge a montré pour la première fois que l’un des types les plus flexibles de cellules souches peuvent être dérivées d’embryons humains. Ces cellules dites naïves peuvent se transformer en un autre type de tissu humain à la seule exception du placenta. L’étude révolutionnaire, publiée dans Stem Cell Reports, révèle que cette nouvelle technique pourrait ouvrir de nouvelles portes dans la recherche médicale, et potentiellement augmenter notre compréhension des troubles comme le syndrome de Down.

Le type de cellules souches les plus recherchés est: la cellule pluripotente humaine, qui peut se differencier en une large gamme de types cellulaires spécialisées. Elles proviennent de deux sources: les cellules souches embryonnaires, qui proviennent d’œufs fécondés mis au rebut de la fécondation in vitro (FIV), et les cellules de la peau reprogrammées pour devenir des cellules souches pluripotentes.

Ces cellules ont déjà été «apprêtées» pour se différencier en d’autres types cellulaires spécifiques.

Comme cette nouvelle étude révèle, les chercheurs ont pu extraire ces cellules naïves d’un embryon humain au sixième jour de son développement naturel. À ce stade, une structure appelée  blastocyste est apparu, qui va normalement former le placenta, le “sac jaune” qui fournit des nutriments pour le développement du fœtus, et les cellules naïves qui finiront par former le futur corps.

L’équipe a utilisé une technique connue sous le nom “immunochirurgie,” qui enlève soigneusement les couches cellulaires externes spécifiques (le blastocyste). En faisant ainsi, les cellules naïves ont été exposés et susceptibles d’être extraites. Elles ont ensuite été cultivées individuellement dans le laboratoire; cette séparation forcée les empêche de communiquer les uns avec les autres, ce qui les arrête automatiquement de se différencier en types de cellules spécialisées.

Bien que les cellules souches naïves dérivés de souris ont présentés des capacités régénératrices remarquables lorsqu’elles sont injecté de nouveau dans les souris, les cellules souches naïfs d’origine humaine pourraient conduire à un changement de traitements médicaux. Les organes comme le cœur, le cerveau et le pancréas ont des capacités régénératrices faibles, et par conséquent sont incapables de se remettre de graves dommages. En théorie, ces nouvelles cellules naïves, facilement programmables peuvent être utilisés pour restaurer leurs capacités de régénération perdus depuis longtemps.

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils